Le chirurgien oublie une pince dans le ventre de sa patiente

Le chirurgien oublie une pince dans le ventre de sa patiente

Le chirurgien oublie une pince dans le ventre de sa patiente. Durant cinq mois, elle est restée avec un bout de métal de 15 cm dans l’abdomen, elle demande réparation.

Les faits se sont déroulés durant le mois de novembre 2012, Cécile est alors âgée de 25 ans et elle doit se faire opérer d’une plastie abdominale, une chirurgie réparatrice du ventre, au sein de  l’hôpital Saint-Louis. Cependant tout ne s’est pas passé comme prévu ! En effet, suite à son opération, la jeune femme s’est mise à ressentir des douleurs très vives. Elle explique alors à France Info : « Un mois après, j’étais pliée en deux, j’avais particulièrement mal du côté droit, raconte la jeune femme. J’étais gonflée et j’avais un kyste juste au-dessus du pubis. Je suis retournée à l’hôpital, mais on m’a reçue en cinq minutes, sans me palper, et on m’a répondu que tout ça était normal ». Même avec l’aide d’anti-douleurs, elle souffrait énormément.

C’est donc au bout de cinq mois de souffrance qu’elle a pris la décision de passer une échographie auprès de son médecin généraliste qui révèle la présence d’une pinces Kocher de 15 cm dans son abdomen. La jeune femme a donc été contrainte de se passer une nouvelle fois sur le billard dans le but de retirer cet objet étranger de son organisme. Toutefois pour la jeune femme, le plus intolérable dans cette histoire c’est le comportement de la chirurgienne : « Quand je suis allé la voir (Ndlr : la chirurgienne qui l’a opérée), elle m’a dit ‘ça arrive’ et a rigolé. Elle ne s’est même pas excusée »

Bloc operatoire

Une indemnisation jugée « ridicule ».
L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a souhaité trouver un arrangement à l’amiable avec la jeune femme en lui proposant un dédommagement de 5400€. « Une indemnisation ridicule » selon son avocat, car cette bourde médicale a en effet eu des conséquences bien pire que prévues sur sa vie privée. A savoir, le retardement de son mariage et la perte de son emploi : « J’ai pris trois jours d’arrêt maladie à cause des douleurs pendant ma période d’essai et j’ai été renvoyée ». Selon l’AP-HP, la somme « correspond aux barèmes en vigueur » et insiste sur le fait qu’il s’agit d’un « événement exceptionnel ».

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
Lire les articles précédents :
Alex Goude se defend face aux critiques faites dans TPMP
Alex Goude se défend face aux critiques faites dans TPMP

Fermer