Julio Iglesias et Dalida comme instrument de torture au Chili

Julio Iglesias et Dalida comme instrument de torture au Chili

Il faut savoir qu’au Chili, ils se servent des musiques de Julio Iglesias et Dalida comme instrument de torture. IBuzzYou vous en dit plus sur cette pratique insolite.

Ils ne sont pas les seuls.
Julio Iglesias est réputé pour être un véritable don juan et il en est fier ! Mais s’il y a bien une chose dont le crooner espagnol peut beaucoup se la ramener. En effet, récemment on apprenait que sa musique aurait été utilisée dans le but de torturer sous le régime du dictateur chilien Pinochet. Il semblerait que le chanteur ne soit pas le seul à être utilisé dans ce but puisque la bande originale du film de Stanley Kubrick Orange mécanique ainsi que la chanson My Sweet Lord de George Harrison en faisait partie. Katia Chornik, chercheuse à l’Université de Manchester explique que le volume de la musique était excessif et elle était diffusée de manière soutenue aux détenus dans le but de les briser psychologiquement.

Cette dernière base ses propos sur le témoignage d’anciens prisonniers ainsi que celui d’un membre des services secrets chiliens sous Pinochet, dont la dictature est connue pour avoir fait plus de 3200 morts, 38.000 torturés et des centaines de disparus, la chercheuse lève le voile sur une pratique assez souvent reprochée à ce jour à l’armée américaine.
Katia Chornik donne des explications sur la technique employée. Selon elle, « Jouées à plein volume pendant des journées entières, des chansons à l’origine populaires ont été utilisées pour infliger des dommages psychologiques et physiques ».

Julio Iglesias et Dalida comme instrument de torture au Chili

Un véritable centre de torture.
Un photographe chilien du nom de Carlos Reyes vivant à présent sur Londres a confié à l’AFP, qu’au moment de son séjour de deux ans dans cette prison, « la musique était présente 24 heures sur 24. Ils allumaient la radio et passaient tout ce qui était à la mode. Dans les camps de prisonniers, ils mettaient de la musique militaire pour nous faire marcher au pas et ils nous obligeaient à chanter ». Cependant, il faut savoir que « la musique a rapproché les prisonniers car elle était un moyen pour eux de faire face à leurs terribles souffrances. Mais elle a aussi valeur de témoignage. Beaucoup de prisonniers n’avaient plus d’existence officielle et étaient voués à disparaître sans laisser de trace. Les chansons étaient une manière de rappeler qui ils étaient et en quoi ils croyaient. ».

Et vous, pensez-vous que leur musique puisse réellement faire affaire de torture suprême ?

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
Lire les articles précédents :
37 personnes décédés dans l’incendie d’un hôpital psychiatrique russe
37 personnes décédés dans l’incendie d’un hôpital psychiatrique russe

Fermer